Accueil > Outils, Parcours > Retour… vers le futur ?

Retour… vers le futur ?

Retour sur ces quelques derniers jours, en forme de « rapport d’étonnement » pour renouer les fils… et tisser la suite.
J’en profite pour répondre (plus ou moins en biais) aux questions de la semaine.

Puisqu’en techniques documentaires, on « désherbe » bien,  je reste dans le jardin et ses rhizomes  (point 4 ici) – histoire suivra prochainement – donc quelques jours de « débranchage » d’abord en raison d’une grosse panne d’électricité, de soucis d’alim de portables, de réinstallation complète à faire, de connexion intermittente et d’une grosse charge de travail : bref, un tas de raisons, plus un peu de saturation, peut-être l’impression de me perdre et de ne plus trouver/construire « mon » chemin aussi.

Ce que j’ai pu faire / poursuivre dans le cadre du Mooc :  passage intermittent sur les framapads qui sont tous là  (merci merci Déborah, les « petites mains » et tous ceux qui y participent ;  même en asynchrone, ce cheminement, cette co-construction et ces traces sont précieuses),  suivi des  des websessions  JM Cornu et S Magro, contributions aux prises de notes (un peu quand même), lectures (articles, lettres Itypa, ailleurs aussi), recherche et veille. Et quelques réflexions, partagées ici et maintenant.

Un rapport d’étonnement, c’est un écrit, généralement bref, plus ou moins formalisé, qui constitue un outil de management et de gestion des ressources humaines ; il peut être demandé à un « nouvel entrant » dans une organisation au cours de ses premières semaines de présence. Il peut aussi s’agir d’un travail universitaire et il est même désormais utilisé dans certaines filières de formation professionnelles (pistes  ici).
Objectifs  :
– faciliter l’intégration en permettant d’expliciter les points peu évidents repérés
– mieux connaître l’organisation et la façon dont elle est perçue
– disposer d’un retour avec un « œil neuf » sur le fonctionnement
– aiguiser la curiosité,  faire part d’éventuelles observations pas toujours / peu souvent prises en compte
– éventuellement, repérer certaines qualités – synthèse, attention, force de proposition, … chez l’auteur (!).
Ces objectifs diffèreront sans doute entre l’auteur(e) et les destinataires du rapport – mais un des objectifs est/devrait être l’enrichissement mutuel par l’échange.

Pas trouvé le terme sur Wikipédia (j’aurais mal cherché ?) mais un rapport d’étonnement d’étudiants (promo 2006-2007 – Institut de hautes études pour la science et la technologie) concernant Wikipédia, justement, trouvé via la Wikiversité :  « Pour une culture de la recherche et de l’innovation dans la société » (15 pages, 1,5 Mo quand même). Tiens donc… On en reparlera peut-être !

Mes étonnements depuis le début de ce Mooc :  pour commencer, des surprises multiples, en vrac :
– comment peut-on construire un blog constitué uniquement des articles des autres ? Je n’avais sans doute jamais porté attention une attention suffisante à certains sites automatisés ou d’espaces de curation que je lis pourtant souvent. Face au premier référencement, la reprise « brute » complète d’une de mes premières publications m’a vraiment étonnée. Et que se passe-t-il si l’article est modifié / mis à jour sur le site d’origine ? Raison pour laquelle les outils de curation ne me satisfont que s’ils permettent un accès direct à la source.
– le premier commentaire réel sur « mon » blog :  certains n’y verront que de la naïveté, je garde le plaisir de l’avoir lu et validé ! Je ne parle pas des auto-comments et autres joyeusetés de la statistique de la « popularité » – qui me confortent dans l’idée de la relativité des classements.
– je regrette quand même le manque de vraies « conversations de blogs à blogs, d’articles en articles : l’approbation, le « up » en tient parfois lieu  – mais si j’ai peu de temps, et si j’avoue ne pas l’avoir pris depuis un moment, il en va de même pour les autres sans doute aussi. Et cette aventure Moocitypalienne est bien jeune pour que les passages soient réguliers.
– le non respect des droits d’auteur et des licences, qu’elles qu’elles soient,  me hérisse le poil de temps à autre ; mais bon… je continue à privilégier ce qui me convient sur ce plan-là !
– l’hétérogénéité est une vraie richesse et même si ce n’est ni facile ni évident, les groupes de travail collaboratifs, on les trouve et l’apprentissage se fait. Ensemble. « Les apprentissages », pluriels,  serait d’ailleurs plus juste.
– le formidable élan des framapads et les super-idées des 2 mots à retenir de S2_anoil et les jeux de mots – merci pour ces plaisirs !
– pas tant de « noyage » que cela, en fin de compte :  décider de ne pas tout suivre (impossible de toute façon), l’accepter et choisir  les flux à suivre, les chantiers auxquels participer est nécessaire.
– les galères techniques m’ont vraiment retardée mais pas moyen de se passer de la Fée Electricité ou du chargeur au bon voltage, pas forcément facile à trouver selon l’endroit du monde où l’on est.  Carrément, même en 2012 – et  oui, achat en ligne mais il faut le temps d’acheminement en espérant échapper à tout autre aléa.
– des plantages en série – mais des habitudes de sauvegarde dont je me félicite. Sauf que là, le premier jet de l’article, pas moyen de mettre la main dessus ! Donc un peu plus de temps passé –  pas forcément « perdu » d’ailleurs, pour mieux tenter d’écrire ce que je veux dire.
– l’indiscrétion de certains outils, qui me freinent encore  :  Exemple : repéré, dans une vieille messagerie réactivée à l’occasion du Mooc, plusieurs dizaines de nouveaux  « followers » d’un compte Twitter, créé vers 2009, que je n’alimente plus depuis des mois ! Faudrait, pourtant… Apprendre du parcours de Sébastien Magro et de son apprentissage visiblement efficace des réseaux sociaux.
– l’importance de la présence « active » en ligne ; je le sais, je le vois, mais comment faire ?
– le vrai « point noir », pour moi, c’est  la gestion du temps : le temps nécessaire pour apprendre à faire, et à faire, et à partager, à découvrir chez d’autres, à mutualiser… Même si je connais un certain nombre d’outils, j’en découvre vraiment beaucoup d’autres.  Il me faudra un sacré temps d’apprentissage, d’essai/erreur  vers l’essai/réussite : ça tombe bien, j’avais envisagé les deux dès le début comme mode d’apprentissage !

Finalement, CQFD, ce qu’il fallait déterminer :
– recentrage sur le choix des outils – ou le « cockpit numérique » qui se monte enfin (merci Jacques Cool !) :  avec ce billet, oui, et sans doute sans doute vers un « après-mooc », dont j’entends parler – enfin, que j’ai lu ici ou là (NB : références suivront, j’espère les retrouver. Help si vous avez les sources, merci).
– un projet en vue, qui peut se concrétiser rapidement : l’EPA qui grandit, j’aurais besoin de vous les Moockitoos, formidable !
– suivre une formation à distance pour continuer à me former – j’en reparlerai, bientôt ;
– trouver comment être davantage présente en ligne efficacement : au moins un billet par semaine, au moins deux jours de présence Twitter. Objectifs minima, que j’espère tenir. Et Hootsuite, à mettre en place, vite ;
– comment suivre le Mooc de loin : on peut, si, si.  Faire un peu (pas trop quand même) le décrocheur, voilà qui fait du bien parfois et facilite l’apprentissage. J’irai même jusqu’à dire que j’admets un peu mieux les désintérêts en formation 😉 et qu’un des axes de ma réflexion, avec la congruence (là c’est merci Marcel Lebrun et Jacques),  sera bien de revenir vers les 28 mots-clés  de la coopération de JM Cornu.

Quand même, les cyberflaneries me tentent toujours autant. Allez donc visiter deux de mes « lieux » virtuels de prédilection : l’image du jour de la NASA et la Cybergeography de Martin Dodges, ne serait-ce que  pour retrouver les tout premiers réseaux Arpanet, sous le lien Historical !  Histoires et géographies partagées.
Les Moockitoos, qu’en pensez-vous ?

Advertisements
Catégories :Outils, Parcours Étiquettes : , , ,
  1. 04/12/2012 à 8:06

    Beaucoup à dire sur ton billet et peu de temps. +1 sur les peu d’interactions sur les blogs (manque de temps pour tous) et les droits d’auteurs. Quand tu reviendras sur les 28 mots-clés, fais-moi signe. Beaucoup de chantiers en cours pour le collaboratif, je suis sûre que tu y trouveras une thématique à aborder 😉

    • 04/12/2012 à 11:04

      Merci audece d’avoir pris un peu le temps de l’interaction, justement 😉
      Les 28 mots clés, en arrière plan pour l’instant, toujours par manque de ce fameux temps… mais objectif prochain à suivre.

  2. 05/12/2012 à 12:51

    Bjr Laurence?
    hors-sujet: ai laissé un message dans tchat glossaire

    • 05/12/2012 à 6:52

      Bonjour ou bonsoir Stefan,
      Merci d’avance du hors sujet, que je vais aller lire (pb d’accès aux framapad : ont-ils été sécurisés ou est-ce mon antivirus qui me bloque ? Encore un coup de Murphy ?) mais un commentaire qui renvoie sur un outil collab, c’est nouveau et intéressant 😉

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :